Clarissa Rebouças - Capitale-Nationale

Filmographie :

Je suis réalisatrice et scénariste et cela fait maintenant 2 ans que je fais également du montage sur mes propres films. J’ai réalisé plus de 10 courts métrages de type fiction et documentaire qui ont été choisis dans quelques festivals internationaux. Mon court "Desvelo" (2012) a gagné 7 prix au total.


Présentation :

Je suis née à Salvador au Brésil, une ville considérée comme étant la deuxième plus lumineuse au monde. J’habitais proche de la plage et il y avait partout des gens de différentes couleurs et possédant une culture très riche. Les questions sociales et culturelles m’ont toujours fascinée et le cinéma a été l'occasion pour moi de joindre cet intérêt avec la passion de raconter des histoires. Quelques années plus tard, je me suis intéressée au féminisme. C’était une nouvelle motivation pour continuer à faire des films tout en cherchant à faire naître une réflexion chez le spectateur. Pour moi, je trouve magique d'utiliser le langage du cinéma pour appuyer un discours d’une façon belle et artistique. J’accorde également beaucoup d’importance à la lumière, aux couleurs, à la musique, faire passer un message, etc. Bref, tous ces éléments me donnent beaucoup de plaisir. Quand je suis venue habiter à Québec, j’ai naturellement ajouté de nouveaux éléments à mon répertoire : couleurs, culture, lumière, langue, etc. Ici, je peux rencontrer des gens qui viennent de partout dans le monde et , de cette façon, j’ai la chance de vivre un peu de ces différentes cultures. Cela m’aide énormément à me développer comme personne et comme professionnelle.


Films préférés :

Si on parle de documentaire, je peux dire Chronique d’été de Jean Rouch et Edgar Morin. Si on parle de fiction, je dirais In the mood for love de Wong Kar Wai


Un film que je voudrais réaliser au cours de ma vie :

Cine Ruby est mon projet de long métrage fiction pour lequel je cherche actuellement du financement. Il parle de Valmir, un homme d’âge avancé qui perd son travail comme technicien de projection de films. Il est donc obligé de trouver un autre travail pour vivre et finit par accepter de travailler dans un cinéma pornographique. Là-bas, il crée des amitiés et commence à projeter des films classiques pour les prostituées, travestis et découvre ainsi un nouveau sens à sa vie. Ce film parle d’espoir pour les gens considérés comme marginalisés. C’est aussi un hommage au cinéma.

Nous Joindre

  • Facebook Social Icon
  • Vimeo Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • bg_button_cine_2

Course des régions pancanadienne
332, rue Laurier
Sherbrooke (Québec) J1H 4Z5

Courriel : info@coursedesregions.com

Partenaires

© La Course des régions pancanadienne