Les cinéastes

Édition 2021

Mario Lepage-doucet.jpg

Mario Lepage-Doucet

Outaouais

Ma passion du cinéma commence dès mon jeune âge. Comme plusieurs enfants nés en 1991, les films de Disney ont éveillé mon intérêt envers le medium cinématographique. C'est vers l'âge de 10 ans que cet intérêt s’est intensifié et modifié : mon imagination et ma compréhension de l'univers cinématographique m’ont alors permis, à cette étape, d'avoir une perception différente à chacune des histoires que je consommais. Ensuite, ma mère m’a initié à des films plus complexes ainsi que du contenu plus mature tel que les films du genre horreur (Slasher).

 

Fanatique de ''Friday the 13th'' dès l'âge de 12 ans, je savais que je voulais divertir les gens lorsque je serais grand. J’ai donc commencé à faire des mises en scène et des vidéos avec les outils que j’avais sous la main. Je prenais chaque occasion que j’avais pour réaliser un vidéo ou un film, soit pour l'école ou pour la famille. C'est à l'âge de 18 ans que je décide de consacrer le plus de temps possible à la quête de professionnaliser mon désir. Douze ans plus tard, à 30 ans, je gagne ma vie à la création de contenu et je continu, à tous les jours, à approfondir mes connaissances pour atteindre mon but : celui de divertir les gens avec mon talent et ma passion.

 

Marianne Roy.jpg

Mariane Roy

Montérégie

Je me présente, Mariane, 27 ans, Gardengeoise. Je suis une fille de campagne qui aime la ville. J’ai grandi dans une petite municipalité́ du nom d’Ange-Gardien, non loin de Granby en Montérégie. J’adore cet endroit, car c’est un peu le centre de tout. Le milieu entre Montréal et Sherbrooke. En campagne, sans être trop loin de la ville.

 

J’ai terminé́ un baccalauréat en 2017 en télévision à l’UQAM. Par la suite, j'ai fait un certificat en scénarisation (UQAM, 2018) puis en études féministes à L’Université́ de Montréal en 2019. Avec l’année que nous avons vécues, je me suis consacrée à développer mon réseau de contacts dans le milieu.

 

J’ai participé́ à une panoplie de projets, autant en fiction, en documentaire, en corporatif, en publicité́, en long et en court métrage. Je suis pigiste comme réalisatrice aiguilleuse depuis 2018. Je me consacre surtout à la diffusion en ligne d’événements. Mais ce qui me passionne le plus, c’est la fiction. Je développe depuis quelque temps un scénario que j’aimerais beaucoup réaliser et je crois que la Course des régions est une excellente fenêtre pour cela.

Marianne Roy.jpg
Juliette poitras.jpg

Juliette Poitras

Lanaudière

Juliette Poitras est une jeune réalisatrice et productrice montréalaise ayant graduée au BFA en Film Production à l'Université Concordia en 2019 et est récipiendaire du prix      Mel Hoppenheim for Outstanding Overall  Achievement. 

 

Avec une grande sensibilité, Juliette s'intéresse particulièrement aux thèmes de l’enfance, de l’identité, de l’amour et des relations familiales, ainsi qu’à l’exploration de trames narratives alternatives.

 

En 2020, elle complète un DESS en gestion  des organismes culturels à HEC Montréal afin de parfaire ses connaissances en gestion.

Patrick Gauthier

123-456-7890

Mauricie

Comédien de formation et scénariste, je m’intéresse depuis toujours à ce qu’il se passe de l’autre côté du ‘’kodak’’.

 

J’ai d’abord fait mes premières armes en production cinématographique en travaillant sur de nombreux projets, notamment Le Loup (2016), Montreal Dead End (2018) et Saint-Sacrifice (2018).

 

Ensuite, je me tourne vers la réalisation et mon premier court-métrage Boulettes s’est démarqué à travers plus de vingt festivals à travers le globe. Je suis un trippeux de cinéma et j’ai envie de vous partager ma passion pour les films d’horreurs.

Patrick Gauthier.jpg
Marie-Claude Béchard.jpg

Marie-Claude Béchard

laurentides

Après des études en cinéma (Institut Trébas, l' E.C.T.Q) et en scénarisation (l’UQAM), j'ai écrit et réalisé de nombreux courts-métrages dramatiques et fantastiques. Au cours des dernières années, j'ai obtenu plusieurs sélections en festival dont : Soeurs (Festival Fantasia en 2021) et Le mur (Festival Regard en 2020 et Festival Fantasia en 2019).

 

Je travaille actuellement sur le développement de plusieurs projets : un long-métrage d'horreur fantastique (une version longue du court-métrage Le mur), un long-métrage dramatique (La montée) avec en trame de fond les changements climatiques, ainsi que plusieurs courts-métrages de fiction dramatiques et fantastiques.

Matthew Gaines

Estrie

Matthew Gaines et un réalisateur originaire de la ville de Sherbrooke passionné par le mouvement et la poésie du quotidien. Après des études de deuxième cycle en littérature comparée à l’Université de Montréal, Matthew revient dans sa région pour se consacrer d’abord à la réalisation de vidéo de danse et de sport. Entre 2014 et 2017, Matthew élargie ses horizons et commence à réaliser des court-métrages et des vidéo-clips.

 

Depuis 2017, il fait sa place en Estrie à travers sa sensibilité littéraire, son travail de scénariste et son désir de mettre en valeur le corps humain en mouvement comme un vecteur d’expression de la complexité des rapports sociaux et humains. Dans sa pratique professionnelle, Matthew Gaines travaille comme réalisateur pigiste, il se spécialise dans le domaine culturel, communautaire et environnemental.

 

Les films de Matthew Gaines ont été présentés au Festival du Cinéma du Monde, au festival Fantasia, dans le cadre de projections extérieures pour CinéVue et Ciné-Pop ainsi que durant des projections à visée éducative à la Capsule et à l’École Mitchell-Montcalm

Mathiew Gaines.jpg
Photo Valérie Lecomte.jpg

Valérie Lecomte

Ontario-Ottawa

Je vis au Canada depuis 2004. Ma vie professionnelle tourne autour de mes passions pour le jeu, l’écriture et la réalisation. Ma vie familiale tourne autour de mon fils de onze ans qui m’inspire et me pousse à donner le meilleur de moi-même.

 

En 2018, après avoir principalement travaillé au Canada comme actrice (Membre Actra et UDA) et enseigné le théâtre et le jeu caméra, l’appel de l’écriture et de la réalisation s’est fait sentir, puissant et incontournable. Avant mon immigration que j’avais réalisé un premier court-métrage de fiction « À Cœur ouvert » sur la thématique du départ et des adieux. Scénariste, productrice, réalisatrice et interprète, cette expérience s’inscrivait dans ma vie comme une démarche naturelle.

J’ai donc écrit, coproduit et réalisé en 2019 mon deuxième court-métrage de fiction, « Claire de Lune ». J’y ai aussi interprété le rôle principal. « Claire de Lune » est dans le circuit Festivals depuis 2020 et a reçu les prix suivants : Best Family Short Film et Best Director Short Film, au Silk Road Film Awards (Cannes, France), Best Canadian Film, au Montreal Independent Film Festival (Montréal, Canada), Best Realistic Film, au Reale Film Festival (Milan, Italie) et a bénéficié de nombreuses sélections et projections dans de prestigieux festivals dont CinéFranco et Toronto Shorts International Film Festival.

 

 

J’ai, dans la foulée, réalisé un court-métrage documentaire, projet nouveaux médias, entente UDA-AQPM, « Chlore », autoportrait poétique sur fond de pandémie. Ce court-métrage est également en ce moment dans le circuit Festivals. Il a déjà été sélectionné dans des festivals et il a reçu plusieurs prix : Best Documentary, au Niagara Falls International Short Festival (Niagara, Canada), Best Short Documentary, au Silk Road Film Awards (Cannes, France) et Best super short (en dessous de 10 minutes), au Reale Film Festival Monthly Awards (Milan, Italie).

 

Je souhaite continuer à créer du contenu canadien, de donner voix à des histoires issues de minorités audibles et visibles, en français principalement.

Danyk Grenier

Chaudière-Appalaches

Je me présente, Danyk Grenier, 24 ans. Je suis originaire de Disraeli, un petit village près de Thetford Mines, dans la région de Chaudière Appalaches. J’ai étudié les sciences humaines au cégep de Thetford, avant de découvrir ma passion pour les histoires et les images. Je me suis donc redirigé en cinéma à l’Université du Québec à Montréal. Durant mon parcours universitaire, j’ai eu la chance de travailler sur ce qui me fait vibrer; soit la scénarisation et la réalisation. Deux courts-métrages Et demain, la tempête, ainsi que Clara est partie ont été réalisé durant ces années et connaissent un beau parcours en festival.

 

Bachelier depuis bientôt un an, j’œuvre dans le milieu du cinéma et de l’audiovisuel. J’ai eu la chance de travailler principalement comme réalisateur, assistant-réalisateur ainsi que scripte sur plusieurs projets de courts-métrages et de vidéoclips. Depuis la fin de mes études, j’ai réalisé quelques publicités, un vidéoclip et je prépare présentement un projet documentaire. De plus, j’ai été assistant au son sur un projet de plus grande envergure, la série télévisuelle Transplant.

242573718_381958340242702_7840677800014589690_n.jpg
Sophie Dumesny.jpg

Sophie Dumesny

Ontario-Toronto

Née dans le sud de la France au milieu des années 90. Sophie écrivit ces premières histoires pour ces amies de l’école secondaire. Des années plus tard, elle quitte les paysages de son enfance  pour partir apprendre le métier de caméraman dans le nord de la France. Elle y découvre ce qui lui avait toujours manqué :  une communauté passionnée d’histoires et de cinéma. Avec la force de la collaboration, elle réalise ces premiers projets de clips vidéo et courts- métrages. Passionnée par la narration, c’est avec en tête le désir de transmettre des idées et des  émotions que Sophie fait ces premiers films.

 

Il y a plusieurs années, en quête de son identité, Sophie immigre à Toronto. C’est au Canada  qu’elle se découvre et développe l’orientation féministe de son cinéma. L’Ontario la vue grandir en l’artiste qu’elle est aujourd’hui : Queer, féministe et mordu de Kombucha.

Très active dans la communauté francophone en Ontario, elle fait partie du Comité de Programmation du Labo (centre d’arts médiatiques francophone de Toronto). Elle est également  membre du FRIC (Front des réalisateurs indépendants du Canada) et du collectif francophone Torontois Créative Room.

 

  Elle est en développement de son premier long-métrage documentaire « La Censure du Poil » qui explore les tabous autour des poils féminins, grâce à l’obtention d’une bourse du Conseil des Arts du Canada.

Michael Fenwick

Atlantique

Après avoir passé la première moitié de ma vie adulte à travailler comme acteur de cinéma et de télévision à Vancouver, j'ai décidé de m'échapper de la ville et de retourner dans mon village natal de Cap Saint-Georges, à Terre-Neuve, pour travailler dans les coulisses. Après un bref passage dans une compagnie de théâtre d'été, j'ai commencé à produire des vidéos courtes. Avant même de savoir ce qui se passait, je travaillais sur toutes sortes de projets de films et de vidéos en anglais et en français. J'ai décidé d'élargir mon répertoire en étudiant le cinéma au College of the North Atlantic en 2013.

 

Depuis, j'ai travaillé comme monteur adjointe pour une série docudrame sur UnisTV et j'ai travaillé presque sans relâche à la création de médias pour l'Association Régionale de la Côte Ouest. Plus récemment, je suis en train d'écrire et produire une série documentaire pour Bell Fibe. J'ai hâte de revenir à mon premier amour : le fiction.

Micheal Fenwick.jpg